Logo Panoramic Tour

Mutigny

Ravageurs et auxiliaires...

Il y a les « empêcheurs de cultiver en rond », ceux qui se délectent des feuilles et des baies de la vigne. Ce sont des araignées, des diptères, des coléoptères… Il y a les « amis du vignoble », ces auxiliaires qui consomment des vers, des chenilles, des papillons, des œufs, des larves, des nymphes… Il y a les prédateurs qui chassent ou piègent leurs proies ou bien les parasites qui vivent ou accomplissent leur développement au dépend des ravageurs.

On trouve notamment des auxiliaires de la vigne chez les insectes ou les arachnides comme les passereaux, les lézards ou encore les chauves-souris. Les auxiliaires de la vigne régulent les populations de ravageurs, de telle sorte que ces derniers puissent devenir négligeables ou tolérables.

  • Les larves de chrysope peuvent engloutir au cours de leur développement jusqu’à 500 pucerons.

  • Une punaise adulte peut anéantir quelques centaines d’acariens et plusieurs dizaines de pucerons par jour.

  • Côté chauves-souris, la pipistrelle commune est capable de manger en une seule nuit entre 1500 et 3000 insectes.

Sources : http://ephytia.inra.fr/fr/C/6045/Vigne-Index-des-maladies-ravageurs-vecteurs-et-auxiliaires
Inrae – S.Chamont (INRA)